Ligier présente sa toute première voiture sans permis, un véhicule léger qui n’exige pas de permis de conduire, populaire auprès des jeunes et des personnes âgées. Découvrez les informations concernant cette voiturette.

L’histoire de la marque et l’apparition de la voiturette

Autrefois connue pour ses voitures de compétition, Ligier est aujourd’hui un des leaders de fabricants de voiturettes. A ses débuts en 1969, l’entreprise Ligier a fabriqué des voitures de sport. Peu après sa fondation, elle lance une voiture grand public afin d’obtenir l’homologation de son modèle pour la société de Vichy. Ainsi est née la JS2. Entre temps, l’entreprise lance la JS3.

La première crise pétrolière a eu des impacts sur l’activité automobile de l’entreprise. Ce n’est qu’à partir de 1976, via la Formule 1, qu’on entend parler de celle-ci. Les tentations de partenariat avec les grands constructeurs n’ont pas abouti. A partir de 1978, toutefois, c’est en tant que sous-traitant pour Renault, que Ligier a finalement trouvé son bonheur. A dire vrai, ce sont les cabines de tracteur qui ont inspiré le constructeur pour créer une voiturette. La JS4 a été conçue à l’aide de l’une de ces cabines. Elle a été présentée pour la première fois le 25 juillet 1980.

Les caractéristiques de la Ligier JS4

La JS4 est une monocoque en acier à empattement court et à voie très large. La voiturette a une forme cubique avec des surfaces de verres plates. Elle est dotée d’une porte vitrée à l’arrière et de pneus très larges. Le véhicule est équipé d’une suspension indépendante sur les 4 roues, des freins à tambour tout autour et une direction à crémaillère.

Quant à la motorisation, il est équipé d’un moteur de marque Motobécane type 99 Z à deux temps, d’une cylindrée de 49,9 cm³ pour une puissance de 3,03 CV fiscaux. A l’arrière, monté sous le coffre à bagages se trouve le moteur qui entraîne les roues arrière par le biais d’une transmission à variation continue. Le poids de la voiturette est de 150 kg, ce qui est un peu lourd pour le moteur. Côté design, la ligne cubique a été réalisée par le styliste Robert Broyer.

Les modèles JS4

La JS4 est déclinée en deux versions : la JS4L et la JS4GL (quatre optiques rondes). La voiturette s’est révélée être un succès, avec son apparence, son confort ainsi que son style issu de la Formule 1. A la fin de 1981, la gamme est alors divisée en JS4 Standard, Luxe et Grand Luxe, gratifiés respectivement d’équipements correspondants. Cependant, le corps en acier, bien que solide, était trop lourd. Cela a conduit à la défaillance des essieux moteurs et a affaibli la transmission.

La carrosserie en acier présente également un autre défaut puisqu’elle rouille facilement. Alors, en 1982, un autre modèle qui est le même que la JS4 est apparu : la JS8. La différence entre les deux modèles réside dans la forme et la motorisation, car la JS8 est équipée d’un moteur de 125 cm³. La JS4 a été remplacée par la JS6, similaire, en 1984. Vers 1985, le moteur Motobécane a été remplacé par des Derbi de 49 ou 125 cm³, ou au choix par un moteur Diesel Ducati VM de 327 cm³.