La législation en vigueur stipule qu’une voiture sans permis ne doit pas dépasser les 50 km/h. Mais pourquoi cette limitation de vitesse ? Les réponses dans cet article.


Son moteur

La voiturette est placée dans la catégorie des quadricycles. Roulant au diesel, elle fonctionne avec une vitesse automatique. Bien que pratique, elle est soumise à de nombreuses réglementations. La première : son poids. Légère par rapport aux voitures classiques, une VSP ne doit pas peser plus de 425 kg à vide.

Notons que ce poids inclut le carburant. Elle ne doit également pas dépasser le seuil maximal de 50 cm³. En ce qui concerne le moteur, la puissance ne doit pas passer outre les 6 kW réglementaires. Cela équivaut à huit chevaux. C’est cette faible puissance qui empêche la voiture de dépasser les 50 km/h.


Ses utilisateurs

Si durant ses premières années, la voiture sans permis n’attirait que les séniors en milieu rural, ce temps est désormais révolu. Elle attire aujourd’hui une tout autre clientèle :

  • Les 14 à 32 ans : si les séniors sont encore nombreux à adopter la VSP, les moins de 32 ans représentent quelque 49 % des utilisateurs. Les adolescents de 14 à 18 ans arrivent en force avec plus de 10 % des conducteurs. Pour cause, les parents trouvent la voiturette plus sécurisée comparée au scooter. Les nouveaux modèles qui font peu à peu leur apparition sur le marché y sont pour quelque chose.
  • Ceux qui n’ont pas le permis : même s’il y a une formation à suivre, conduire une VSP reste plus avantageux. En effet, selon ces conducteurs, passer l’examen du permis est nettement plus cher que l’achat d’une voiturette.
  • Les permis retirés : ceux qui se sont vu retirer le permis sont nombreux à se tourner vers la voiturette, que ce soit en location ou à l’achat. Derrière ces permis retirés peuvent cependant se cacher des multirécidivistes qui ont du mal avec le volant.

Les sentences pour le débridage

Comme la sécurité est la première raison d’exister de ces voitures sans permis, les réglementations sont strictes. Si vous trouvez que rouler à 50 km/h ne vous convient pas, mais que vous ne pouvez pas vous mettre derrière le volant d’une voiture classique, il est possible de la débrider, mais cela est fortement déconseillé. En effet, en modifiant le moteur afin d’en augmenter la vitesse maximale est passible de deux ans de prison ainsi que d’une amende pouvant aller jusqu’à 30 000 euros.

De plus, les assureurs refusent de couvrir une voiture débridée pour la simple raison que les risques sont nettement plus élevés. Certains acceptent moyennant toutefois quelques euros de plus en primes d’assurance.